La désinformation

Media News concept

La désinformation :

Qu’est-ce que la désinformation ?

Hoax, fakenews ou encore intox sont des termes utilisés couramment sur les réseaux sociaux pour définir le fléau de l’internet de ces derniers temps : la désinformation. Au sens large, la désinformation regroupe des techniques de communication visant à modifier la réalité pour obtenir l’adhésion. Cela passe par des informations erronées partagées par certains médias dont les sources ne sont pas vérifiables parce qu’inexistantes.

Il faut savoir différencier deux types d’informations sur le Web 2.0 : les informations relatant des faits inexistants parce qu’inventés, ayant pour but de divertir (Le Gorafi, NordPress…) ou les informations qui concernent les news virales et fausses que peuvent véhiculer certains politiques, usagers d’internet ou groupes.

En cette période d’élection Présidentielle, entre désinformations, mensonges avérés, malentendus, raccourcis ou déviation dans les débats ; difficile de trouver des sources fiables et de décortiquer toutes les informations pour se faire un avis subjectif mais avant tout objectif. Le meilleur moyen reste encore d’acheter Libération ainsi que Le Figaro, de se faire un avis sur chacun des articles en commun et de se poser la question suivante : qu’est-ce qui me semble le plus pertinent et crédible ?

Exemple – Science et faits avérés :

A titre d’exemple, parlons désinformation et information : certaines pages, présentes sur le réseau social le plus utilisé de l’internet, tentent de vulgariser la science pour la rendre plus digeste, en postant régulièrement des images à coup de ‘’Le saviez-vous’’ ? C’est souvent, et malheureusement, un concentré d’informations erronées et un bon moyen d’abrutir les gens avec des âneries. Exemple : ‘’Les personnes avec un QI plus élevé seraient plus actives la nuit et se couchent tard’’. Quelle est la source ? Sur quelles études scientifiques s’appuient-ils pour écrire ça ? Il n’est pas question d’effectuer un jugement de valeur ou de réfuter l’information, mais on ne peut sciemment pas décrire ce type d’information comme un moyen de s’instruire (mais je ne vous apprends rien). Cela manque simplement d’intérêt puisque, le cerveau étant programmé pour effectuer un tri sélectif des connaissances amassées chaque journée, 90% des informations emmagasinées s’enfonceront dans le néant de votre mémoire . En l’occurrence, ce type d’information.

Ces informations censées décrypter la science pour la rendre plus digeste sont trop courtes et peu détaillées et c’est ce pourquoi cela manque de relief et de pertinence. Un sujet peut-être court mais tellement plus intéressant s’il est appuyé par des exemples ou des propos relatifs à ce dernier.

Pourquoi faire de la désinformation ?

Le but principal recherché c’est d’influencer l’opinion publique ainsi que de protéger les intérêts privés. Cette notion de désinformation prend un sens important en cette période électorale ; il est alors nécessaire de vérifier chaque information pour en décortiquer les tenants et les aboutissants réels.

Outre les informations humoristiques ou les infos dites de vulgarisation scientifique, celles qui méritent donc davantage d’attention sont d’ordre politique. La politique dirigeant notre pays, il faut alors voter pour un candidat qui vous ressemble et dont les principales mesures proposées soient en adéquation avec votre cœur politique.

Il est certes compliqué de trouver un média qui soit totalement apolitique. Cependant, afin de déterminer avec plus de justesse la position de l’auteur, il est intéressant de connaître la couleur politique du média que vous consultez. Outre une meilleure compréhension de l’article qui en découle, cela permet de trier chaque information, de décrypter les erreurs de jugement ou les modifications censées provoquer en vous diverses réactions. Par exemple, Libération, Le Canard Enchaîné, Le Nouvel Obs et Marianne sont à gauche quand Le Monde est centre gauche et Le Figaro et Le Point sont quant à eux sur la rive droite. Valeurs Actuelles est plutôt orienté extrême droite. Ce dernier journal, par exemple, utilise des couvertures déformant certaines choses dans le but d’obtenir un électorat grandissant. Exemple, cette couverture qui ne tarit pas d’éloges face au Président Hollande, un des seuls, qui selon moi, reste le plus honnête des figures politiques actuelles.

Une de Valeurs Actuelles

Le but principal : obtenir l’adhésion de l’opinion publique afin de gagner diverses élections (sur le plan politique). Pour cela plusieurs moyens sont possibles :

  • passer à la TV en modifiant certains chiffres pour vous faire bondir de votre canapé
  • mentir sur certains problèmes de société en catégorisant et stigmatisant un panel de personnes selon : leur origine, leur orientation religieuse, leur orientation sexuelle, ou même leur sexe (mec lambda de Twitter VERSUS les femmes). De la haine orientée.

Cadeau bonus et hors-sujet : screen du mec lamba en question. Plusieurs réflexions me viennent en tête :

  • l’utilisation du terme ‘’fécondée’’ qui n’a pour seul but que d’être réducteur envers la femme (‘’Si t’as un vagin c’est pour être utile’’ ; je ne vais même pas évoquer le surpeuplement sur Terre sinon une horde de pro-vie vont venir m’incendier à coup de ‘’Mais utilise tes ovules, tu te rends pas compte, tu tues des êtres-vivants’’ -> biologiquement parlant : non) ;
  • le fait qu’il n’y a pas que les femmes qui se maquillent sur un plan esthétique, si l’esthétique est la raison première relative à cette action ;
  • le fait que vouloir s’habiller ou se maquiller d’une certaine manière n’est certainement pas pour plaire à quelqu’un mais pour avoir confiance en soi, s’affirmer sur un plan social, adhérer à un groupe social ou juste parce que c’est une volonté personnelle – point ;
  • Fin du hors sujet.

Donner son vote pour un candidat qui déforme la réalité est inacceptable, même si ce vote est réfléchi. Il est nécessaire d’appuyer sa pensée par de réelles informations qui soient vérifiées et vérifiables par des médias officiels. Mais si vous êtes du genre accro aux théories du complot, cela va être compliqué pour vous d’adhérer à ce propos.

Course à l’audimat et objectivité :

Me direz-vous : ‘’Pourquoi est-ce que nous sommes encore confronté à la désinformation en 2017 avec tous les médias que nous avons à disposition ?’’

La réponse se trouve dans la question sus-jacente. L’aveuglement de certains médias (plutôt TV) face à la course à l’audimat pousse ces derniers à inviter encore et toujours les mêmes figures politiques sur leurs plateaux parce qu’ils sont réacs, parlent de problèmes qui n’en sont pas, parce qu’ils réagissent aux scandales et aux sujets de société qui font peur. Cela fonctionne. Et c’est cette course à l’audimat qui, parfois, permet une meilleure visibilité à ces politiques qui ne sont pas objectifs sur certains de leurs propos.

Il ne faut pas cracher dans la soupe : même si certains médias ne cessent de vouloir gagner cette course en privilégiant les sujets plus populaires aux sujets plus complexes ; certains d’entre eux vont dans le vif du sujet et exposent sans cesse les sujets dit ‘’tabous’’ afin d’ouvrir les esprits où d’autres, tels que les Décodeurs, décryptent les intoxs et tentent de répondre objectivement à chaque question posée.

Par ailleurs, le cofondateur de l’encyclopédie participative Wikipédia, Jimmy Wales, a lancé une campagne de financement participatif afin de créer une nouvelle plateforme : Wikitribune. Une interface mêlant faits réels – journalistes et communauté dans le but de produire une information de qualité dont l’objectif est d’éviter les fakes news.

Deux exemples : illustrons la désinformation à l’état pur et ses conséquences :

Premier exemple : le réchauffement climatique. Avant son élection, Donald Trump, au travers de plusieurs meetings, n’a jamais caché son avis au sujet du ‘’canular’’ que représente selon lui le réchauffement climatique, théorie à laquelle il semble adhérer. Son discours confus sur le climat ne met en évidence qu’une seule chose : sa méconnaissance du sujet. Même son élection est basée sur de fausses informations ou des informations déformées par ses propos. C’est la raison pour laquelle son taux de popularité approche les 37%, taux le plus bas jamais enregistré chez un président US au début d’un mandat. Par ailleurs, cette idée de méconnaissance du sujet concernant le réchauffement climatique est illustré par Ruth Elkrief qui qualifiait le mouvement écolo de ‘’bobos’’. Un terme servant à stigmatiser, apparemment, les sympathisants de gauche se souciant de problèmes majeurs, pourquoi pas. La réponse d’Audrey Garric est d’une pertinence indétrônable.

Deuxième exemple : ‘’Les vaccins seraient la cause de l’autisme’’. C’est une idée reçue très véhiculée sur internet. Etant très engagée sur les questions de santé publique, il m’est alors impératif de faire taire ces allégations. Une connaissance personnelle étant mère de deux enfants hésite à faire vacciner sa dernière par peur qu’elle soit autiste. Ce qui est dommage c’est qu’il y ait une grande méconnaissance en terme de physiologie et de biologie car avec un peu de recherche, si on ne le sait pas, c’est que le système immunitaire relatif aux vaccins est différent de la branche de la génétique, quant à elle responsable en partie, des troubles de l’autisme. Sans entrer dans les détails, le problème qui se pose ici est un enjeu de santé publique. Si tous les parents cessaient de vacciner leurs enfants, cela conduirait probablement à un taux de mortalité plus élevé concernant les maladies infantiles. Mais toujours, si vous croyez aux théories du complot, il sera difficile pour vous d’adhérer à ce propos puisque vous pensez sans doute que les industries pharmaceutiques nous empoisonnent pour nous faire prendre davantage de médicaments. Je ne suis pas là pour défendre l’industrie pharmaceutique mais libre à vous de penser comme ça of course.

Comment le combattre :

Si vous souhaitez avoir de l’information de qualité :

  • axer les efforts sur la protection des sources d’informations journalistiques ;
  • faciliter les vérifications des informations diffusées en ne partageant pas des infos et des photos non vérifiées (Exemple : ambassadeur Syrien à l’ONU pris en flagrant délit d’intox en faisant croire à une évacuation de civils alors que la photo venait d’irak)
  • éviter le partage d’informations non vérifiées même en cas d’attentats : les fakenews ont été nombreuses lors des derniers attentats et l’identification des victimes a pu être retardée parce que certains avaient créé de faux avis de recherches
  • privilégier des médias de confiance
  • mettre l’accent sur les faits
  • utiliser, comme le propose Le Monde, une extension filtrant les sites d’informations parodiques ou des sites connus comme usant de désinformation pure (Françaisdesouche par exemple)
  • combattre les articles pute-à-clics qui nuisent à la bonne information et polluent l’internet de ‘’C’est incroyable ce qu’il lui arrive’’ ; vous pouvez donc suivre @clicdemoins sur Twitter qui fait parfaitement son taf et traduit ces titres putassiers en 3 mots
  • éviter le partage de rumeurs, canulars, propagandes, théories du complot
  • posez-vous des questions : Est-ce crédible ? Est-ce en accord avec ce que nous savons déjà ? Cette source est-elle crédible ?
  • le rejet de l’information exige sans doute un effort cognitif alors pensez, réfléchissez, analysez et faites vous votre propre idée.

About the Author

Rose Towlson
Héroïne des temps modernes, fan inconditionnelle de Mass Effect. Du retrogaming sur un plat de science-fiction, le tout saupoudré de yolo. Engagement et liberté, mes maîtres mots.

Be the first to comment on "La désinformation"

Leave a comment