Recette : la bolo à ma façon

Yo,
Parait que je fais de la bonne bouffe et on m’a dit que c’était une bonne idée de vous partager mes recettes, alors en voilà une assez simple, pour commencer.

Première chose, je ne dirais pas que cette sauce est une bolognaise sinon certains vont monter sur leurs grands chevaux, c’est donc une sauce à base de tomate et de bœuf pour agrémenter des pâtes… ‘fin, une bolo, quoi, me cassez pas les c******s.

J’ai pris pour inspiration la bolognaise en boite, grasse et pleine d’additifs, et j’en ai fait une sauce un peu plus saine pour qu’elle puisse intégrer mon ré-équilibrage alimentaire avec la méthode Weight Watchers (Non, je ne suis pas au régime !!! Je suis chiante naturellement !)

Les indications d’usage :

  • Pour 4 parts de gros mangeurs
  • Environ 2,50 € par personne
  • Temps de préparation : trop long (c’est toujours trop long quand on peut mettre une pasta box au micro-ondes). Sinon, vraiment, plus ou moins 15 minutes selon votre dextérité avec l’épluche-légumes (prévoyez des pansements, on ne sait jamais)
  • Temps de cuisson : 30 minutes minimum
  • Équipement indispensable :
    • un couteau ( + un épluche-légumes ou économe si vous avez un budget de ouf)
    • un grand faitout
    • une plaque de cuisson (gaz/électrique OSEF)

Commençons par les légumes

Avec Weight Watchers, on apprend qu’un repas équilibré est constitué pour moitié de légumes ou fruits, un quart de féculents, un quart de protéines, et ce quelque soit le repas.
(accessoirement, on apprend aussi qu’il faut intégrer 2 cuillères à café d’huile ou de gras par jour pour ne pas avoir une peau de croco, de la paille sur la tête et pour avoir des neurones en bon état et un transit digne d’une pub pour le bifidus actif… bah oui, si vous mangez pas de gras, ça glissera pas)
Sur cette parenthèse délicieuse, la suite.

Donc pour faire une sauce qui accompagnera de simples pâtes (féculents), il faudra un peu de viande et BEAUCOUP de légumes.

Ça tombe bien, j’ai fait le plein il y a quelques jours.

Bon, j’ai déjà utilisé la plupart de ces achats, alors qu’avons-nous encore dans la réserve qui pourra faire l’affaire ?

Parce que oui, souvent, pour mes recettes salées, je ne prévois pas vraiment à l’avance et je fais avec ce que j’ai sous la main. Et c’est souvent comme ça que c’est meilleur.

Donc pour cette fois, en légumes frais :

  • 500g de champignons de paris
  • 2 courgettes
  • quelques carottes (5 ou 6)

Pour 4 parts de sauce, ça ira. À ça j’ajoute :

  • Des oignons émincés surgelés (parce que les oignons frais, après, on a les doigts qui puent)
  • Une boite de pulpe de tomate (au naturel, pas cuisinée, pas de sucre ni de graisse ajoutée, sinon ça compte pas pour des légumes, cirio ou mutti, elles sont top)
  • Une boite de sauce pizza Zapetti à l’origan (avec les herbes, elle a vraiment du goût, mais elle n’est pas grasse comme une sauce pour pâtes)
  • Un stick Mélanges Parfaits Italien de Maggi
  • Une tablette de bouillon de volaille dégraissé (ou les pseudo-tablettes toutes molles, ça fond plus vite)
  • 4 steaks hachés de bœuf à 5% de matière grasse (bon, là, il m’en restait que 2, on fera avec)
  • Une cuillère à soupe d’huile d’olive

Ok, ok, il y a quand même des additifs dans le stick et la tablette. Mais beaucoup moins que dans un pot de sauce, et surtout, y’a moins de gras.

Lançons nous !

Le plus chiant : éplucher et couper les légumes.
Les champis, je ne les lave pas sinon ils se gorgent de flotte. J’épluche la couche supérieure du chapeau et je détache complètement le pied (j’aime pas les pieds de champis, c’est comme ça)
Les carottes épluchées et coupées en rondelles de 2mm.
Les courgettes épluchées aussi (la peau était abimée, j’ai préféré tout enlever. Avec des enfants, je vous conseille de tout éplucher aussi, les courgettes, pas les enfants, sinon ça fait du vert dans l’assiette et ils ne goûteront même pas), coupées en 2 dans la longueur et hop, des rondelles aussi.

2 étapes avant de commencer la cuisson en elle-même :

  • Précuire les rondelles de carottes dans une casserole d’eau bouillante (juste de l’eau, y’a assez de sel comme ça dans les chips que vous grignotez pendant que vous cuisinez) jusqu’à ce que ce soit presque tendre mais pas démêlé, encore un chouilla croquant, quoi. Si on ne fait pas cette pré-cuisson, l’ensemble prendra des plombes à bien cuire.
    Quand c’est bon, on égoutte, on les laisse pas macérer dans leur bain avec des canards en plastique.
  • Précuire les steaks hachés, parce que les miens étaient surgelés et que c’est dur de mixer de la viande congelée (demandez à Véronique Courjault) : dans une poêle anti-adhésive, sans graisse, je mets les steaks hachés et je retourne de temps en temps jusqu’à ce que le cœur ne soit plus congelé. Pas la peine de les cuire vraiment, ils le seront avec la sauce.
    Ensuite, passage au mixeur pour avoir de la viande hachée mais pas trop longtemps sinon c’est de la bouillie.
    Prenez des cheveux d’ange frais et vous cassez pas la tête avec cette étape, ce sera bien plus intelligent.

 

 

Un mot d’ordre pour gagner du temps : parallélisez.

 

 

 

La cuisson

J’ai prévu une grande cocotte, au moins la préparation a de la place pour se détendre (elle a de la chance, elle)

Sur feu vif, d’abord l’huile, j’attends que ça chauffe (mais pas que ça crame, si ça commence à fumer, c’est déjà presque trop tard) et hop, les oignons (encore surgelés, pas l’temps). Moi, je mets l’équivalent de 2 à 3 gros oignons mais j’adore ça, les oignons. Une dose normale, ce serait plutôt un seul.
On mélange souvent avec une spatule en bois pour que ça n’attache pas, on détache les sucs au fond.

Mon astuce : toujours avoir un pot ou un verre avec de l’eau à coté de la plaque de cuisson pour mettre une lichette quand ça commence à brunir trop. Ça facilite le détachement des sucs et ça permet une coloration plus uniforme (et ça crame moins).

Mais ça fait plein de vapeur sur l’objectif et ça fait des photos dégueulasses.

 

Quand les oignons commencent à être transparents (je n’attends pas qu’ils soient trop brunis, ce sont des surgelés, c’est pas prêt d’arriver), on ajoute les champignons, on mélange, on attend, on décolle les sucs, bref, on s’emmerde un peu et on attaque les bols de cacahuètes, déjà prêts pour l’apéro.

Rebelote 4/5 minutes après avec les courgettes (ça, ça cuit vite) et 2 minutes après avec les carottes bien égouttées (ça, c’est déjà cuit).

Quand les légumes ont l’air bien cuits (c’est à l’œil, question d’expérience, vous saurez avec le temps, il faut tester, goûter), on ajoute la viande, on mélange, on attend 2 minutes et on balance tout le reste dans la cocotte parce qu’on en a marre : pulpe de tomate, sauce pizza, stick d’assaisonnement.

Pour la tablette de bouillon, si elle est friable, faites en de la poudre entre vos doigts avant de la mettre dans la cocotte. Sinon, pour ne pas avoir un gros morceau qui reste à la fin, le mieux c’est de la faire fondre avant dans un petit verre d’eau bouillante et de bien l’écraser avec une petite cuillère avant de l’ajouter à la sauce.

 

Un couvercle, feu doux, et on va prendre l’apéro

Quand vous avez fini votre 3e verre et que vous commencez à vous dire que l’expression “manger, c’est tricher”, c’était bien quand vous aviez 20 ans, faites cuire des pâtes (au delà du 3e verre, je vous conseille les “cuisson 3 minutes”)
Une bonne grosse louche de sauce (c’est quasiment que des légumes, allez-y franco)
Un peu de fromage, parmesan pour les puristes, fromage râpé Pouce pour les étudiants, 30g d’emmental allégé à 2sp pour les wetwets.
Et voilà, vous faites sensation avec vos pâtes sauce maison et PERSONNE ne saura que c’est allégé et bon pour la santé.

Info WW : si vous faites 4 assiettes, c’est très copieux et c’est 3 SP (sans les pâtes et le fromage bien sûr)

Bon, c’était ma première recette.
N’hésitez pas à me faire des retours si ça vous plait et que vous en voulez d’autres.

Des bisous.
Coconut
(a.k.a. Cocorones / a.k.a. loucobo2 sur WW)

About the Author

Coconut
J'aime pas les gens, mais je suis gentille.