Cette vie dont je suis le héros

Cet article commence avec une référence à des livres de mon enfance, les fameux “Livres dont vous êtes le héros”. Au contraire d’un livre ordinaire que l’on va lire du premier chapitre jusqu’au dernier, les chapitres à lire dépendront de nos choix, de nos actions, de nos réflexions. Une sorte de choix s’offre à nous, même s’il est déjà délimité de base, et que le nombre d’options est amoindri.

Ce genre de livre collait finalement de près à ce qu’est la réalité : on pense avoir le choix de nos actions, mais celles-ci sont déjà limitées.

Je suis à l’approche de la trentaine, à la croisée des chemins selon certains. J’ai déjà une bonne expérience de la vie, je suis capable de prendre une bonne partie de mes décisions par moi-même. Mais la société d’aujourd’hui me pousse à explorer une multitude de possibilités qui me mettent dans l’embarras, et m’oblige à faire des choix : privilégier ma vie de famille ou ma carrière, me plonger dans une boulimie technique au détriment d’instants physiques et psychiques, céder au futile plutôt qu’à l’utile.

Je me confronte alors à l’ennemi ultime, que l’on ne voit jamais surgir dans les livres, mais qui est présent à chaque instant : le temps. Et c’est lui qui va limiter mes choix.

Bien sûr que si je le veux, je peux acheter une maison, devenir un expert au boulot, apprendre une langue, faire beaucoup de sport, développer mes connaissances sur plein de sujets culturels, devenir un Master sur une technologie informatique, apprendre à cuisiner, etc. Mais il me faudrait pour cela vivre 3 vies en même temps. Ce qui relèverait du romanesque.

Alors au bout d’un moment, je me dois de redescendre sur Terre, être un peu plus humaniste, et trancher : je ne peux pas tout faire, hélas. Que dois-je donc choisir ? Me concentrer sur le travail, en négligeant ma famille, mes amis et mes proches ? Ou au contraire me développer en tant que patriarche et laisser de côté la vie professionnelle ?

Un livre est matériel, il a un début et une fin, avec un cheminement au milieu. Et c’est finalement ce qu’il faut retenir au final : peu importe le but, l’important c’est le chemin. Peu importe les choix faits, ils seront forcément bons, et nous arriverons toujours au même endroit : la fin de notre histoire.

About the Author

Guillaume R
Foot, humour, bière, potes, saucisson. Un bon résumé de ce qu'on attend de la vie. Je ne veux pas me prendre la tête, juste des cuites.